L’impasse du Séjour

sejour1

Roman, mars 2013, Le Jarosset Éditions
Dernière sélection « Prix des Écrivains de Vendée »

Lire les premières pages

L’AVIS DE L’ÉQUIPE ÉDITORIALE :
Lorsque la richesse ne nous doit rien, elle peut nous devenir insupportable. Si, en plus  de cela, vos racines deviennent incertaines, l’urgence crie de faire table rase et de prendre un nouveau départ. Ils sont nombreux ceux qui rêvent d’une autre vie. Tout aussi nombreux sont ceux  qui doivent affronter un changement non voulu. Pour le meilleur et pour le pire.
Les personnages de L’impasse du Séjour sont passés à l’acte et vivent, par force ou par choix, cette expérience. Un peu à la manière de ceux de Tchekov dans La Mouette, ils doivent confronter leurs envies à celles des autres, d’autant que le hasard vient brouiller les cartes. L’ouvrage esquisse des pistes comme autant de chemins possibles où l’amitié, l’amour, l’argent, les croyances, modifient la donne.
Gérard Glameau nous livre ici un texte en phase avec son temps où les multiplement rebondissements tiennent  le lecteur en haleine jusqu’au bout pour une chute qui en surprendra plus d’un.

LA QUATRIÈME DE COUVERTURE

L’IMPASSE DU SÉJOUR. François Giberque est sans doute le seul gagnant n’ayant jamais tenté sa chance. À l’heure des bilans, la récolte est plutôt maigre, avec en sourdine ce pénible sentiment d’avoir flotté durant dix années dans un habit trop grand, d’avoir tracé sa vie dans un sillon qui n’était pas le sien.
Alors qu’il s’en retourne au pays d’enfance rendre visite à sa mère pour quelques heures, le destin se rappelle sèchement à lui. Les cartes sont à nouveau brassées pour une nouvelle aventure. C’est peut-être le temps d’oser…
La renaissance  passe par la rue du Séjour. Située à la marge, cette rue aux fondations incertaines, longue de la durée d’une vie, n’est point rectiligne. D’autant que les fantômes du passé rôdent encore. Auxquels s’ajoutent les exigences d’une vie à la petite semaine et les non-dits d’une autre époque. Face à cela, au Séjour, il se forge une forme de solidarité guidée par le vecteur de l’amitié, la vraie celle-là. Et puis l’amour s’en mêle. Forces capables de sortir le naufragé de l’impasse.
À l’heure du siècle naissant, l’histoire hors du commun de François Giberque porte en soi les réalités de la société contemporaine. À l’énigme posée par le simple fait de venir au monde, vivre s’impose comme une délicate quête des clés pour la résoudre.

Publicités
Poster un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :